Réjeanne Comment gérer son syndrome prémenstruel ?
Lingerie — 21 mai 2019

Comment gérer son syndrome prémenstruel ?

On ne le rappelle pas assez souvent qu’il est important de prendre soin de soi. Pourquoi? Pour se sentir mieux, plus heureuse, en meilleure forme. Nous avons tendance à nous réconforter dans tout ce qui est linéaire, alors à l’approche des règles, les hormones plongent (notre moral aussi) et on voit la vie en noir. C’est le moment de s’aimer et de se bichonner encore plus que d’habitude !

Environ 85% des femmes ressentent des symptômes physiques et émotionnels avant les règles (crampes, difficultés à bien dormir, fatigue, ballonnements…).

Bien qu’il n’y ait pas de solution miracle, voici quelques astuces pour mieux vivre cette période en attendant l’arrivée de règles et la courbe ascendante des hormones du prochain cycle.

You are what you eat (dis-moi ce que tu manges…)

L’épuisement et la mauvaise humeur se soldent souvent par un donut ou autre bombe à sucre qui ne font malheureusement qu’aggraver les symptômes. En effet, le sucre raffiné, en trop grande quantité, entraîne un pic d’énergie suivi d’un crash affectant la digestion, la fatigue et l’humeur.

À tester le mois prochain : remplacer la pâtisserie par des repas riches en vitamines et en protéines. Et on n’oubliera pas de bien s’hydrater ! De l’eau fraîche, des tisanes, des smoothies maison… tout en gardant un peu ses distances avec le café ou autre excitants qui resserrent les vaisseaux sanguins et déshydrate notre organisme.

Les huiles essentielles pour soulager les symptômes ?

Certaines huiles essentielles peuvent aider à soulager les symptômes : la camomille, la lavande, la sauge sclarée, le géranium, l’estragon, le néroli, le bois de santal et l’ylang-ylang. Vous pouvez en choisir deux ou trois et diluer quelques gouttes dans une huile végétale et vous faire un petit massage.

À lire : Utiliser les huiles essentielles pendant les règles

Prendre un bain et se réchauffer

C’est toujours une bonne idée…
Et on peut rajouter des sels de bains et des pétales de roses…

Si on ne se sent pas de se tremper pendant quelques heures, une bonne bouillotte au creux du ventre ça fait comme un câlin tout chaud sur notre utérus, et ça soulage les crampes !

Une bonne nuit de sommeil

Les problèmes de sommeil sont très fréquents avant les règles. Et qui dit « mauvaise nuit » dit « mauvaise humeur ».

Alors s’il y a une période où il faut faire un effort pour ne pas rester sur Netflix (même si Jack Bauer vient tout juste de découvrir une information capitale), c’est bien pendant les jours qui précèdent vos règles, lorsque les changements hormonaux altèrent votre niveau d’énergie. Un bon sommeil de 8 à 9 heures vous aidera à vous sentir rafraîchi.

À lire : Améliorer la qualité du sommeil pendant les règles

Le sport

À l’approche des règles, la plupart des femmes n’ont pas envie de courir un semi-marathon. C’est normal, on a moins d’énergie, moins d’envies. Toute seule on abandonne vite la salle de sport pour un bon cookie dans son lit. C’est dommage car le sport peut être très bénéfique. Du yoga, de la natation, de la danse, du vélo, tout ce qui vous chante ! Il faut juste rester à l’écoute de son corps.

Et quoi qu’il arrive, rien de mieux qu’une culotte de règles pendant une activité sportive (ou juste dans son lit du coup), qui ne provoque pas de frottement, et nous garde au sec grâce à sa capacité d’absorption !

À lire : Le yoga pendant ses règles

La méditation, la pleine conscience

Cette pratique de la méditation est définie comme le fait de « porter son attention sur le moment présent, instant après instant, de façon intentionnelle, et sans jugement de valeur » (Kabat-Zinn, 1993). Nous sommes souvent dans la pensée focalisée sur le passé et le futur.

Se recentrer sur le présent permet de savourer une plus grande sérénité, savourer l’instant présent, améliorer son bien-être, mieux se connaître et découvrir les autres, se (re) connecter à ses valeurs, prendre davantage soin de soi. Notre utérus que l’on considère très peu, et souvent de manière péjorative, n’a qu’une envie c’est d’un peu d’attention ! On respire, on se focalise sur notre utérus, sur nos douleurs, et on lâche prise.